L’équipe de Plaisance Citoyenne a cosigné l’article publié sur la page d’expression politique du journal SPOT de juillet, à propos des nombreux programmes immobiliers en cours sur Plaisance. Le voici dans son intégralité.

Résidence l’Ecrin, rue des Hirondelles, les Jardins de Sienne, rue des Serins, les Balcons du Val, rue Agricol Perdiguier, 89 logements en trois programmes immobiliers sont sortis de terre en 2019 et sont en cours de commercialisation. Avenue des Pyrénées, Floreal II proposera cet été ses 29 appartements neufs. Green Side, Promologis et Les Chalets (La Rodo), au rond-point d’Intermarché, promettent 174 appartements et 60 maisons d’ici la fin de l’année. A cela s’ajoutent depuis octobre, 35 maisons T4 à un étage, sorties de terre. C’est le Domaine des Frênes, porté par la société Domaines du Sud. Rue des Aubépines, une quarantaine de villas sont en cours de finition et la construction de trois immeubles de dix logements a débuté. Quant au terrain de l’IME, avenue des Martinets, il portera bientôt 243 appartements desservis par deux nouvelles rues.

Ces 700 nouveaux logements ne sont que la partie émergée de l’iceberg de la bétonisation de Plaisance. A cela s’ajouteront plus de 240 logements supplémentaires déjà dans les tuyaux. Et des transactions sur des terrains sont en cours pour de nouveaux projets.

En parallèle, aucune infrastructure supplémentaire n’est planifiée pour accueillir les nouvelles familles, aucun commerce de proximité n’est prévu, aucune salle de convivialité pour les habitants. Aucune exigence environnementale non plus, comme l’installation de panneaux solaires et photovoltaïques, de récupérateurs d’eau de pluie, de chaudières basse consommation… Quant aux transports en commun et aux pistes cyclables, on verra plus tard.

Est-ce la ville que nous voulons ? L’équipe de Philippe Guyot a-t-elle prévenu les Plaisançois de cet aspect de son programme pendant la campagne électorale ?

Deux visions différentes de l’avenir de Plaisance vous ont été présentées à cette occasion.

Contrairement à Plaisance Citoyenne qui proposait de faire une pause dans le développement de la population, afin de mettre à niveau les infrastructures, l’équipe de Philippe Guyot a affiché, lors des premiers conseils municipaux, sa volonté de l’accroître fortement. Nous étions 16 000 en 2014, au début du dernier mandat, 20 000 cette année. L’objectif est-il d’atteindre 25 000 en fin de mandat, en 2026 ?

Comment accueillir correctement ces nouveaux habitants et ne pas les traiter uniquement comme une statistique servant au calcul de taxes et dotations versées à la commune ? Les écoles et le collège sont pleins et nous n’avons toujours pas de lycée. On nous annonce un futur groupe scolaire de grande taille, mais la réflexion n’a pas encore débuté.

Les budgets alloués à la rénovation des bâtiments publics sont en baisse alors qu’il est urgent de les entretenir, de les renforcer, de les isoler et de les mettre aux normes environnementales pour réaliser des économies, voire même générer de l’énergie.

Quant aux surfaces agricoles périurbaines, le Plan local d’urbanisme prévoit d’en supprimer une bonne partie pour y bâtir des habitations. A l’heure où nous devons relocaliser autant que possible nos approvisionnements alimentaires, comme nous l’a confirmé la crise de la covid-19, cette perspective est de très mauvais augure.

Le conseil municipal du 23 juin 2020 a montré une seule chose : absolument rien ne sera fait en 2020 à Plaisance par l’équipe de Philippe Guyot qui aurait pu faire le choix d’un développement harmonieux, raisonnable et solidaire de la ville.


0 commentaire

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.