Notre 35e émission « Plaisance en direct » a traité des nuisances aériennes avec six invités. Vous pouvez revoir ce Live sur la page Facebook de Plaisance Citoyenne et trouver ci-dessous les documents évoqués au cours du débat.

Pour revoir notre émission sur les nuisance aériennes, cliquez sur le lien suivant : page Facebook de Plaisance Citoyenne

Nous recevions six invités :

  • Chantal Beer-Demander, présidente du CCNAAT (Collectif contre les nuisances aériennes de l’agglomération toulousaine). Découvrez le site du CCNAT en cliquant sur le lien suivant : site du CCNAAT
  • Bernard Gineste, président du Collectif Francazal, et Olivier Nicolas, délégué du Collectif Francazal pour Plaisance. Découvrez le site du Collectif Francazal en cliquant sur le lien suivant : site du Collectif Francazal Vous y trouverez notamment les réponses de JL Moudenc, maire de Toulouse et président de la Métropole, du préfet et de la députée E. Toutut-Picard, aux dernières demandes du collectif.
  • Virginie Plagnard, Olivier Mercié et Marion Sacareau, membres du conseil d’administration du CCAP (Collectif couloir aérien Plaisance). Découvrez le site du CCAP en cliquant sur le lien suivant : site du CCAP

Ces trois sites vous permettent de suivre les activités des collectifs, mais aussi de signaler le passage d’avions bruyants, plaintes qui sont transmises en direct aux aéroports de Blagnac et Francazal, et aux autorités qui en sont responsables.

Les plaintes des habitants sont un levier indispensable pour faire avancer les choses.

Comme à Roissy, où l’abandon du projet de nouveau terminal 4 est « une première étape vers une transition écologique et sociale du secteur aérien », selon le CCNAAT.

Plusieurs pétitions sont soutenues par Greenpeace contre l’extension des aéroports et la croissance du trafic aérien. Cliquez pour aller sur le site de Greenpeace


Dispositif Bruitparif

Depuis le 20 décembre 2020, Bruitparif, opérateur indépendant qui mesure le bruit des avions, recueille des données sur six sites de l’agglomération toulousaine. Vous pouvez suivre les résultats de ces mesures en direct sur le site de Bruitparif Toulouse, en cliquant sur ce lien : Buitparif Toulouse


Etude Debats

L’étude française Debats (Discussion sur les Effets du Bruit des Aéronefs Touchant la Santé), entamée en 2009, porte sur les effets du bruit aérien sur la santé et le sommeil. Elle a été menée aux abords de trois aéroports : Paris-Charles-de-Gaulle, Lyon-Saint-Exupéry et Toulouse-Blagnac. Elle associe trois approches complémentaires : écologique, individuelle longitudinale et clinique. Vous pouvez trouver ses résultats de l’étude en cliquant sur le lien suivant : Etude Debats

En voici les principaux résultats (source : CCNAAT) :

I/ L’étude écologique révèle qu’une augmentation de l’exposition au bruit des avions de 10 dB(A) [NDLR : tout-à-fait habituel au passage d’un avion à plusieurs dizaines de kilomètres des aéroports] est associée à un risque de mortalité plus élevé de 18 % pour l’ensemble des maladies cardiovasculaires, de 24 % pour les seules maladies cardiaques ischémiques [NDLR : athérosclérose notamment] et de 28 % pour les seuls infarctus du myocarde. En revanche, il n’a pas été mis en évidence d’association avec la mortalité par accident vasculaire cérébral (AVC).

II/ L’étude individuelle longitudinale révèle plusieurs associations avec une augmentation du niveau de bruit de 10 dB(A) :
• un risque de « dégradation de l’état de santé perçu » augmenté de 55 % chez les hommes, sans qu’aucune augmentation ne soit mise en évidence chez les femmes
• une « gêne » plus importante que ce que prévoit l’ancienne courbe de référence de l’Union Européenne
• un risque de dormir moins de six heures par nuit augmenté de 60 %, et un risque de sentiment de fatigue le matin au réveil de +20 %
• un risque de stress chronique, objectivé par une perturbation du rythme circadien du cortisol
• un risque d’hypertension artérielle augmenté de 34 % chez les hommes, sans qu’aucune augmentation ne soit mise en évidence chez les femmes
• un risque de détresse psychologique augmenté de 80 % chez les participants légèrement gênés par le bruit des avions et multiplié par quatre chez ceux qui déclarent être fortement gênés.

III/ L’étude clinique révèle que l’exposition au bruit des avions dégrade les paramètres du sommeil :
• l’augmentation du niveau de bruit des avions de 10 dB(A) ou de 10 événements de bruits d’avions est associée à une probabilité de dormir moins de six heures par nuit (court sommeil), 1,1 à 1,8 fois plus élevée ; et à une probabilité de passer plus de neuf heures au lit (mécanisme d’adaptation à la privation de sommeil), 1,1 à 1,6 fois plus élevée ;
• l’augmentation du niveau de bruit des avions de 10 dB(A) est associée à la probabilité d’un retard d’endormissement supérieur à trente minutes, 1,1 à 1,3 plus élevée ;
• l’augmentation de 10 événements de bruits d’avions est associée à une probabilité d’une insomnie de maintien de sommeil, 1,1 à 1,3 fois plus élevée ;
• l’augmentation de 10 dB(A) du niveau maximum de bruit d’un évènement associé au passage d’un avion (LAmax,1s) est associée à une augmentation de l’amplitude de la fréquence cardiaque pendant cet événement.


0 commentaire

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

%d blogueurs aiment cette page :