Lors de notre 36e « Plaisance en direct », nous avons évoqué de nombreux documents et montré des cartes pour situer le quartier qui va se construire à la place de l’ancienne usine de béton Bonna Sabla. Retrouvez ici les documents présentés.

Pour revoir le Live « Plaisance en direct » sur Facebook : cliquez ici

Projet des élus majoritaires de la mairie sur le site de Bonna Sabla, rue des Mésanges : cliquez ici pour voir le périmètre prévu par la mairie

Cinq ateliers ont été organisés par la Capitainerie, le 6 mars, sur le site de la Sabla, pour recueillir les idées des Plaisançois sur l’aménagement du site.

Voici une carte illustrée réalisée par l’atelier « Vie sociale » auquel Patricia Veyriès a participé : cliquez ici

Voici le compte-rendu de l’atelier sur l’espace public et les espaces verts, auquel Jean-François Behm et Florence Queval ont participé. Cliquez ici pour lire le compte-rendu et ici pour voir la carte qui va avec.

Ici, une carte interactive pour découvrir des photos du site, ses graffs, ses bâtiments…

Pour compléter le questionnaire en ligne sur l’aménagement de la Sabla, auquel on peut encore répondre jusqu’au 31 mars, La Capitainerie a fait passer des entretiens à certains Plaisançois. Le livret des entretiens peut être consulté ici.


Combien ça coûte ?

Le groupement d’experts et cabinets conseils, retenu en commission Achat, pour proposer un projet d’aménagement, qui réuni CHICAGO, ATP, MOUTARD, BERENICE, DYNALOGIC, LA CAPITAINERIE et URBACTIS, facture ses services 100 866 € TTC.

L’objet précis du marché est une « étude de définition et de conception urbaine autour de la friche industrielle « la Sabla » futur coeur de quartier et structuration de l’entrée sud de la ville ».

En juin 2020, la mairie a acheté un terrain agricole de 8,8 ha, dans le prolongement de la zone de Bonna Sabla, mitoyen d’autres terres communales situées plus au sud. Ce terrain a coûté, à la commune, 1 060 176 €.

Situé en zone 3AU (à urbaniser) du Plan local d’urbanisme, il devait « permettre notamment d’accueillir de futur bâtiments publics ».

Or, le maire et son adjoint à l’urbanisme ont annoncé, lors des ateliers du 6 mars, que ces terres redeviendraient agricoles. Une bonne nouvelle pour Plaisance Citoyenne qui milite pour la sauvegarde des terres agricoles de la ville. Mais pourquoi alors l’avoir acheté si cher ?


0 commentaire

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

%d blogueurs aiment cette page :